Du 13 au 15 mars 2015 • Brésil : En mer de Buzios à Guarapari

 

 

Guarapari

 

En mer vers Guarapari :

Appareillage le 13 mars à 9:20, non pas tout de suite pour Guarapari mais simplement un changement de mouillage devant Praïa Da Canto, pour se rapprocher du supermarché. Le ravitaillement fait, nous pouvons cette fois ci partir vers Guarapari, il est 10:50.

Nous mettons sous GV et génois mais vent ESE de force 2 à 3 c'est faible. La houle est d'environ 1,5m ... on tire un bord vers la cote, vers 16:30, nous demanderons au moteur un petit soutien car notre cap ne convient pas à notre capitaine, il veut s'éloigner de la cote pour passer le Cabo Sao Tomé, il y a peu de fond et beaucoup de pêcheurs.

Loul fait le premier quart 20:00 à 23:00 avant le Cabo Sao Tomé, le vent faiblit force 2 à 1 mais est passé NO. Le ciel est étoilé sans lune. La mer est belle, avec une petite houle, et des pêcheurs en nombre avec un seul feu fixe ou clignotant ... donc un peu de surveillance.

Pendant le quart de Nad, elle perd tous les pêcheurs et c'est tant mieux. La lune sort des nuages. 7 gros bateaux repérés sur le radar et l'Ais, mais ouf ils finissent par passer. Ça occupe le quart tout ce petit monde !!!

Loul reprend la surveillance, toujours sous GV, génois et moteur, mais le vent repasse ENE. Un pétrolier appareille près d'une plate forme et nous double, suivi d''un paquebot, tout cà en doublant la pointe, pas de fond sur babord et du vent contraire. Des oiseaux viendront se reposer sur la bateau mais le capitaine dira que ce sont des oiseaux de mauvaise augure !!! ils ne les trouve pas sympathiques beaucoup trop noir enfin bref ils ne sont pas les bienvenues sur RIGA quand le capitaine est de veille.

Dans la matinée (le 14 mars), la brume s'installe et la visibilité est nulle .

L'après midi sera tranquille toujours sur le même bord au près serré, vent ENE force 2 à 3, sous GV et génois. Ce sera donc pour nous sieste chacun notre tour puis bricolage de la pompe de cale pour Loul et Nadine travaillera un peu (ou un petit peu) sur le site.

En fin d'après midi, vers 17:00 heure de la bière et de réflection pour le capitaine qui se lance dans un essai moteur et réglage de voile infructueux donc on ne changera rien et puis ce sera bien, enfin presque, le vent refuse, on va tirer des bords jusqu'à notre arrivée au mouillage à Guarapari à 23:50

 

Le mouillage est tranquille, nous allons pouvoir passer une bonne nuit et découvrir Guarapari demain.

 

Nous sommes le 15 mars, la nuit super, le petit déjeuner c'est fait ... maintenant nous allons changer de mouillage pour nous rapprocher du centre ville de l'autre côté de la baie de Guarapari. Cette magnifique baie bordée d'immeubles ... allez on dirait presque la Baule !!!

Appareillage 10:40 et arrivée à 11:05 pour un mouillage devant Muquiçaba. On va faire le plein des jerricans de gasoil, et des bidons d'eau d'un côté de la rivière dans une station service et de l'autre côté nous irons faire quelques courses. Nous arrivons sur une plage apparemment familiale. On ne peut pas dire que l'accueil y soit parfait, mais un gentil monsieur sur le remblai nous fait signe de ne pas laisser notre annexe ici. Nous lui expliquons que nous voulons juste faire quelques courses, et il nous explique qu'il restera là surveiller mais qu'il faut faire vite. Chose promise chose due ... vite quelques courses de produits frais sur le marché et nous revenons bien vite à notre annexe et sur notre RIGA. Cet épisode ne nous incite pas à rester dans ce quartier "populaire" et nous regagnons donc notre mouillage tranquille au fond de la baie de Guarapari. Il faut quand même remercier ce brave homme qui nous a mis en garde d'un danger ... de quoi, on ne sait pas mais de vol sûrement !!

 

Après la sieste nous irons faire un petit tour en espérant être mieux accueilli de ce côté. Nous sommes dimanche et il y a du monde sur la plage et sur le remblai. Par contre dès que nous quittons la rue principale et le bord de mer, c'est le désert.

Une manifestation fera un peu de bruit en soirée ... si nous avons bien compris c'était pour exprimer le mécontentement de certains brésiliens sur la façon de gouverner de leur présidente et sur ses relations un peu trop proches avec la société pétrolière Pétrogaz.

En soirée la plage est déserte mais par contre tous les déchets restent sur le sable malgré de grandes poubelles installées tout le long du remblai. Bon où il faut se reconsoler, c'est qu'il y a des employés pour nettoyer la plage dès le soir même et le tracteur passera au petit matin ratisser le tout.

 

Pour nous , en ce lundi 16 mars c'est un nouvel appareillage vers Salvador de Bahia, en ne perdant pas de vue que nous remontons régulièrement vers la Guyane.

 

 

Haut de page